Qu'en penser ?

Qu'en penser réellement ?

Il est bien évidemment impossible que deux dragons de différente race s'accouplent, nous n’avons encore jamais observé des dragons cracher à la fois du feu et de l'acide.

Le dragon est une créature légendaire représentée comme une sorte de gigantesque reptile écailleux, généralement capable de cracher du feu et de voler grâce à des ailes de cuir semblables à celles des chauves-souris. Dans de nombreuses mythologies à travers le monde, on retrouve des créatures reptiliennes possédant des caractéristiques plus ou moins similaires, désignées comme dragons.

Présentation

Un nâga polycéphale, créature reptilienne de l'hindouisme. Temple d'Angkor, Cambodge

De par son apparence reptilienne, le dragon est intimement lié à la terre. Cependant il se détache du monde terrestre par sa capacité à voler, ce qui le distingue des rampants, à l'image des serpents (le plus souvent malfaisants) que l'on retrouve de par le monde (nâga, aspic, ...). Ces derniers s'opposent, au contraire, aux créatures aériennes, physiquement ou symboliquement : En Égypte, Horus dieu faucon fils de Rê l'adversaire d'Apophis le serpent, En Asie, Garuda aigle géant combattant les serpents nâga, ...

Ses représentations varient cependant énormément en fonction des civilisations. Symbole de vie et de puissance en Chine, protecteur en Indonésie, protecteur de trésors en Grèce antique ou encore maléfique et ravisseur de princesses en Europe médiévale.

Une distinction principale est à faire entre les dragons occidentaux et les dragons orientaux, comme les ryuu japonais ou lóng chinois.

Dragon occidental

Dans la tradition occidentale (mythologie grecque, celtique et nordique), il s'agit d'une créature reptilienne ailée et soufflant le feu, évoquant souvent les principes chaotiques et primitifs. Nombre de héros ou dieux devront se mesurer à eux afin d'établir l'ordre sur le monde. Ce sont avant tout des créatures liées à la terre et au feu, symbole de la puissance des forces naturelles. Ils rejoignent par ces caractéristiques les anciennes créatures chthoniennes à l'allure de serpent des mythologies indo-européennes : Apollon combattait Python[], Krishna rivalisait avec Kaliya[], Rê luttait contre Apophis, …

Ils garderont par la suite cet aspect sauvage à des fins plus matérielles la plupart du temps associés à la surveillance de quelque chose. Cette caractéristique est inscrite dans le nom même du dragon: l'origine du mot grec drákōn (δράκων) dérive de drakeîn (δρακεῖν), aoriste du verbe dérkomai (δέρκομαι) signifiant « voir, regarder d’un regard perçant ».

Dragon asiatique

Contrairement à leur pendant européen, les dragons asiatiques, bien qu'associés aux forces de la nature, sont dangereux mais pas vraiment hostiles. Ils ne montrent pas le caractère souvent violent des dragons occidentaux. Ils diffèrent aussi de par leur apparence : ils sont plus fins et aériens et ne possèdent pas spécialement d'ailes. On retrouve une représentation fort semblable du dragon notamment en Chine, au Japon, en Corée et au Vietnam. Ses caractéristiques physiques et symboliques ne varient que de façon minime entre ces civilisations : esprits associés au climat, ils sont puissants et vénérés. On les associe régulièrement au pouvoir en place.

Dragon dans la littérature

La littérature fantastique donne souvent une part importante aux dragons. Le plus souvent l'image qui en ressort est en adéquation avec celle donnée par les mythes et le folklore européen. En ce sens les histoires modernes le représentent comme extrêmement intelligent, doué de parole et parfois associé à la magie. Le sang du dragon possède également des propriétés magiques comme dans l'opéra Siegfried, celui-ci devient capable de comprendre les oiseaux de la forêt. Il est généralement le gardien d'un trésor caché dans une citadelle ou une grotte (voire d'une princesse dans les contes).

Cependant avec l'engouement du public pour les mangas et la culture asiatique, les dragons orientaux ont tendance à entrer dans l'imaginaire collectif occidental. Par exemple le roman de l'écrivain allemand Michael Ende, L’histoire sans fin, adapté en film, étonna les spectateurs occidentaux en montrant un sage dragon dénué d'ailes et possédant une gueule de chien.